Installation de WordPress dans une machine virtuelle sous Debian 10

J’ai décidé de revisiter mes anciens tutoriels avec un exercice intéressant qui consiste à installer le CMS WordPress dans une machine virtuelle (VirtualBox) sous Debian 10. Cela permet de tester WordPress sur votre PC (sous Windows dans mon cas). Votre machine doit cependant avoir les ressources suffisantes pour réaliser la virtualisation.

On voit les choses suivantes :

  • Configuration de la plage DHCP sur la box.
  • Création et configuration d’une machine virtuelle dans VirtualBox.
  • Installation de Debian 10 sans interface graphique.
  • Sécurisation de l’installation de MariaDB.
  • Utilisation de PuTTY.
  • Utilisation de FileZilla.
  • Quelques commandes du Shell Linux.
  • L’installation du CMS WordPress.

On installe WordPress en local, sans certificat (en http) et sans avoir besoin d’un nom de domaine.

Par la suite vous pouvez utiliser cette installation de WordPress en local pour effectuer des tests.

Mes tutoriels au format PDF :

Création d’une machine virtuelle sous Debian 10 sans interface graphique avec VirtualBox pour l’installation de WordPress

Installation de WordPress en local sous Debian 10

Configuration de la plage DHCP sur la Livebox 5 Orange


N’hésitez pas à laisser des commentaires ou à me contacter si besoin.

Dominique Renaudeau

Linux – commande introuvable

Sous Linux, si vous avez le message commande introuvable alors que vous pensez qu’elle est bien installée.

Exemple sous Debian 10 avec la commande pwck :

pwck -r
 bash: pwck : commande introuvable

On peut effectuer une recherche de la commande, ici pwck, avec whereis :

whereis pwck
 pwck: /usr/sbin/pwck /usr/share/man/man8/pwck.8.gz

On voit ici que la commande pwck se trouve sous /usr/sbin, à noter que l’on voit également où se trouvent les pages de manuel.

Si le système ne trouve pas la commande pwck, c’est que son chemin d’accès /usr/bin est absent de la variable d’environnement PATH.

Si l’on veut consulter le contenu de la variable PATH (en respectant la casse) :

echo $PATH
 /home/dominique/.local/bin:/usr/local/bin:/usr/bin:/bin:/usr/local/games:/usr/games

Je vois que /usr/sbin ne figure pas dans la variable.

Pour la durée de la session

Pour ajouter /usr/sbin à la variable PATH :

export PATH=$PATH:/usr/sbin

Si je contrôle à nouveau le contenu de la variable PATH, /usr/sbin doit s’y trouver.

Ma commande pwck -r est maintenant fonctionnelle à condition d’être administrateur, root, sous Debian ou avec sudo sous Ubuntu (dans son cas).

Pour modifier PATH de façon permanente

Voir l’article :

Recherche des fichiers sous Linux et la variable PATH

Iftop surveiller le trafic réseau depuis un terminal Sous Ubuntu ou Linux Mint et Debian

La commande iftop permet de visualiser rapidement le trafic sur vos interfaces réseau. On utilise la commande iftop en administrateur, précédée de sudo sous Ubuntu et Linux Mint.

Pour installer iftop sous Linux Mint ou Ubuntu depuis un terminal :

sudo apt-get install iftop

Depuis un terminal sous Debian en administrateur root  (avec su) :

su
apt-get install iftop

Pour lancer iftop  sous Ubunru et Linux Mint et écouter la première interface disponible :

sudo iftop

Sous Debian en administrateur :

iftop

Pour afficher une vue dynamique du trafic r réseau passant par l’interface nommée enp0s3 sous Ubuntu et Linux Mint :

sudo iftop -i enp0s3

Sous Debian en administrateur :

iftop -i enp0s3

Pour afficher les adresses IP sous Ubuntu et Linux Mint :

sudo iftop -n

Sous Debian en admdinistrateur :

iftop -n

Pour afficher les ports sous Ubuntu et Linux Mint :

sudo iftop -P

Sous Debian en administrateur :

iftop -P

Pour afficher l’aide pendant l’utilisation [H].

Pour quitter iftop [Q]


Pour obtenir le nom de vos interfaces réseau sous Ubuntu, Linux Mint :et Debian

ifconfig ou ip address


Pour afficher l’aide

man iftop ou iftop ?


Problèmes rencontrés pour l’installation du paquet iftop sous Debian 10

Si l’on installe le paquet iftop sous Debian 10 et que l’on a le message « bash : iftop : commande introuvable ». C’est que le système ne trouve pas iftop qui est sous /usr/sbin (ce que vous pouvez vérifier avec la commande locate si elle est installée ou avec la commande whereis). La cause est l’absence de ce chemin d’accès dans la variable d’environnement PATH.

Pour voir le contenu de la variable PATH (pas besoin d’être administrateur) :

echo $PATH

Pour ajouter /usr/sbin à la variable PATH (pas besoin d’être administrateur) :

export PATH=$PATH:/usr/sbin

Plus d’informations

On peut chercher l’existence d’une commande en utilisant whereis.

Exemple :

whereis iftop
 iftop: /usr/sbin/iftop /usr/share/man/man8/iftop.8.gz

Si vous voulez aller plus loin, vous pouvez utiliser une application comme Wireshark :

Wireshark

La page de mon site consacrée aux commandes Shell et le réseau :

Les commandes Shell et le réseau

Installer VMware Tools dans une machine virtuelle Debian 10 – VMware Workstation Player

J’utilise VMware Workstation 15 Player et Open VM Tools.

J’ai rencontré des problèmes, finalement, j’ai opté pour cette méthode.

Le projet Open Virtual Machine Tools (open-vm-tools) est une implémentation au code source libre de VMware Tools. Il s’agit d’une collection d’utilitaires de virtualisation et de pilotes pour améliorer les fonctionnalités, l’expérience d’utilisateur et l’administration de machines virtuelles VMware.

En utilisant Open VM Tools, dans un terminal en administrateur root :

apt-get install open-vm-tools

Attendre un certain temps jusqu’à ce que l’installation soit terminée. Enfin, redémarrer le système pour que les modifications prennent effet.

Pour afficher la version des outils Open VM, utilisez la commande ci-dessous dans un terminal :

/usr/bin/vmware-toolbox-cmd -v

Plus d’informations sur le WEB :

https://vitux.com/how-to-install-vmware-tools-in-debian-10/

Installation de Zoom sous Linux Mint, Ubuntu et Debian

Zoom

Zoom est un service de conférence à distance qui combine la vidéoconférence, les réunions en ligne, le chat et la collaboration mobile à l’aide d’applications propriétaires.

Wikipédia

Testé avec Ubuntu 18.04 64 bits, Linux Mint 19.03 64 bits et Debian 10 64 bits

Depuis la page WEB : https://zoom.us/download?os=linux

Choisir votre distribution Linux, 64 ou 32 bits, la version.

Puis cliquez sur [Télécharger]

Sélectionnez Enregistrer le fichier puis cliquez sur [OK].

Personnellement, j’ai installé les versions 64 bits.

Depuis un terminal, dans le dossier Téléchargements.

cd ~/Téléchargements/

Pour Mint et Ubuntu (on utilise sudo)

sudo apt install ./zoom_amd64.deb

Pour Debian (on se connecte en administrateur root)

su
apt install ./zoom_amd64.deb

L’installation est terminée.


Désinstallation de Zoom

Pour désinstaller Zoom sous Mint et Ubuntu

sudo apt remove zoom

Pour désinstaller Zoom sous Debian (en administrateur root)

su
apt remove zoom

Plus d’informations

https://support.zoom.us/hc/en-us/articles/204206269-Installing-or-updating-Zoom-on-Linux

Si vous rencontrez des problèmes, n’hésitez pas à laisser des commentaires.


Une alternative open source Jitsi Meet

Jitsi Meet est une solution de visioconférence entièrement chiffrée et 100% open source – aucun compte requis.

La visioconférence open source avec Jitsi Meet


Le Shell

La page consacrée au Shell Linux.

Le shell

Simulation du clavier avec Python

J’utilise Debian 10 Buster et Python 3.7.3.

Pour simuler l’appui sur des touches du clavier en Python, j’ai utilisé la bibliothèque keyboard.

Pour l’installer, en administrateur (root) :

pip3 install keyboard

Si cela ne fonctionne pas.

Installation des paquets nécessaires à la mise en place des bibliothèques pour Python 3, en administrateur (root pour Debian ou sudo pour Ubuntu, Mint). Pip est un gestionnaire de paquets :

apt-get install python-pip python3-pip

Le lien :

https://pypi.org/project/keyboard/

Je l’ai utilisé dans l’exemple suivant :

#!/usr/bin/env python3.7

#-*- coding: utf-8 -*-

import keyboard

keyboard.press_and_release('alt + tab')

keyboard.press_and_release('ctrl + v')

Dans cet exemple, je simule l’appui simultané sur les touches [Alt] + [Tab] pour basculer vers une autre application où je colle le contenu du presse-papiers [Ctrl] + [v].

Cela fonctionne très bien, le problème que je rencontre est que je ne peux utiliser cette bibliothèque qu’en administrateur (root). Je voulais intégrer cette fonctionnalité à un programme utilisant tkinter pour l’interface graphique et là ça fonctionne avec mon utilisateur, mais pas en root, dommage !

Si vous avez des informations pouvant aider à avancer sur le sujet, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Installation de Visual Studio Code sous Debian 10 Buster

Visual Studio Code est un éditeur de code source développé par Microsoft, avec la particularité d’être open source. Il est disponible pour Windows, Linux et Mac OS X.

Depuis le site : https://code.visualstudio.com/

Cliquez sur .deb Debian, Ubuntu

Cochez Enregistrer le fichier.

Cliquez sur [OK]

Depuis un terminal en administrateur root (su), rendez-vous dans votre dossier Téléchargements (dans mon cas mon dossier utilisateur se nomme dominique) :

cd /home/dominique/Téléchargements/

Si vous voulez voir les fichiers se trouvant dans le dossier utilisez la commande ls (le nom du fichier télécharger peut changer).

Installer le paquet :

dpkg -i code_1.36.1-1562627527_amd64.deb

Si vous rencontrez des problèmes avec la commande dpkg liés à la variable PATH (messages d’erreur), consultez l’article suivant :

Sous Debian 10 dpkg -i problèmes avec la variable PATH

Sous Debian 10 dpkg -i problèmes avec la variable PATH

Sous Debian 10, j’ai voulu exécuter une commande dpkg -i pour installer un paquet en administrateur root et j’ai eu les messages suivants :

dpkg: avertissement: « ldconfig » introuvable dans la variable PATH ou non exécutable

dpkg: avertissement: « start-stop-daemon » introuvable dans la variable PATH ou non exécutable

dpkg: erreur: 2 programmes attendus non trouvés dans la variable PATH ou non exécutables

Note : la variable PATH du superutilisateur doit normalement contenir /usr/local/sbin, /usr/sbin et /sbin

La solution pour la durée de la session

Pour ajouter un répertoire au Path sur Linux, il suffit d’utiliser la commande export :

export PATH=$PATH:/chemin/vers/le/repertoire

J’ai exécuté les commandes suivantes :

export PATH=$PATH:/usr/local/sbin
export PATH=$PATH:/usr/sbin
export PATH=$PATH:/sbin

Pour vérifier le résultat :

echo $PATH
/usr/local/bin:/usr/bin:/bin:/usr/local/games:/usr/games:/usr/local/sbin:/usr/sbin:/sbin

Pour modifier PATH de façon permanente

Voir l’article :

Recherche des fichiers sous Linux et la variable PATH


Retrouvez plus d’informations sur la page consacrée au Shell Linux :

Le shell

Listes et boucles avec Python

J’utilise Debian 10 Buster et Python 3.7.3.

Pour illustrer l’utilisation d’une boucle for avec une liste, je vous propose la fonction suivante que j’ai réalisée. Au passage, on voit également les instructions conditionnelles avec if et else, mais ce n’est pas le sujet principal pour le moment.

Voilà le code :

def maj_min():

    liste_boutons = [Mon_bouton1,Mon_bouton2,Mon_bouton3,Mon_bouton4,Mon_bouton5,Mon_bouton6,Mon_bouton7]

    if Mon_bouton10["text"] == "Maj":

        Mon_bouton10["text"] = "Min"

        for bouton in liste_boutons:

            bouton["text"] = bouton["text"].upper()

    else:

        Mon_bouton10["text"] = "Maj"

        for bouton in liste_boutons:

            bouton["text"] = bouton["text"].lower()

Dans le programme, j’ai utilisé tkinter pour créer une interface graphique. J’ai donc des boutons. Le but de ma procédure est, lorsque je clique sur un bouton prévu à cet effet (Mon_bouton10), que le texte d’une série de boutons passe de minuscule à majuscule et inversement.

Les fonctions upper() pour majuscules et lower() pour minuscules.

J’ai donc créé une liste nommée liste_boutons où j’ai énuméré les boutons concernés.

Vous remarquerez mes deux boucles for qui traitent tous les boutons de la liste, pour dans un cas mettre leurs textes en majuscules et dans l’autre en minuscule.

Une dernière chose, l’indentation, vous remarquerez que le code est parfois décalé vers la droite (quatre espaces ou une tabulation). Cela permet de déterminer le bloc de code traité par les instructions if, else, ou for. Cette disposition du code est une obligation en Python.

Un dernier conseil, n’oubliez pas les : à la fin de certaines lignes.

Utilisation du presse-papiers depuis Python

J’utilise Debian 10 Buster et Python 3.7.3

L’utilisation du presse-papiers dans un programme Python permet d’effectuer des copier-coller.

J’ai décidé d’utiliser la bibliothèque pyperclip.

Les prérequis :

Installation du paquet pip pour le presse-papiers depuis le terminal en administrateur (root).

pip3 install pyperclip

Si cela ne fonctionne pas.

Installation des paquets nécessaires à la mise en place des bibliothèques pour Python 3, en administrateur (root pour Debian ou sudo pour Ubuntu, Mint). Pip est un gestionnaire de paquets :

apt-get install python-pip python3-pip

Installation du paquet Linux pour l’usage du presse-papiers depuis le terminal en administrateur (root) :

apt-get install xclip

Dans le script Python, on doit importer la bibliothèque pyperclip :

import pyperclip

Exemple d’utilisation :

pyperclip.copy(copie) #Copier dans le presse-papiers le contenu de la variable copie.

Plus d’informations sur le WEB :

https://pypi.org/project/pyperclip/